Contournement Nord : 2 ouvrages d’art pour franchir une nouvelle étape

C’est avec un réel plaisir que j’ai participé cet après-midi, avec Philippe Henry et Olivier Richefou, à la présentation du projet architectural retenu par le Conseil départemental de la Mayenne pour la réalisation des ouvrages d’art, dans le cadre du contournement nord de l’agglomération de Château-Gontier.

L’arche principale, proposée par l’architecte Thomas Lavigne est d’une longueur de 296 mètres, et permet d’enjamber la rivière la Mayenne . Ce viaduc en forme d’arc a un effet majestueux, qui contribue à valoriser la rivière.

Projet ouvrage art Contournement Nord ChateauGontier V1

L’autre point fort de ce projet architectural réside dans la création d’un cheminement doux, sous le plateau routier. En doublant cette arche, l’ouvrage créée ainsi une passerelle dédiée aux randonneurs, qui pourront aller aisément d’une berge à l’autre. Cette passerelle constitue un formidable outil touristique de valorisation de la rivière la Mayenne, du chemin de halage mais également du contre-halage.

A cet important ouvrage d’art de près de 300 mètres de long sur la rivière la Mayenne s’ajoute également un pont d’environ 50 mètres sur le cours d’eau du Bouillon.

Globalement, ces deux ouvrages respectent le programme financier initial et représentent un investissement  total de 12,7 millions d’euros. Cofinancé par le Conseil départemental, le Conseil régional des Pays de la Loire et la Communauté de communes du Pays de Château-Gontier, ce chantier devrait débuté à la fin de l’année 2017, pour une livraison attendue après deux ans de travaux.

Cinq ans après le lancement des études en mai 2010, et après la déclaration d’utilité publique du projet par arrêté préfectoral le 22 septembre 2014, une nouvelle étape est donc aujourd’hui franchie. Elle constitue un nouveau jalon pour connecter le territoire du Pays de  Château-Gontier aux réseaux régionaux et amplifier notre attractivité.

La Cour des Comptes fête la Sainte-Barbe

Aujourd’hui 3 décembre, à l’occasion de la Sainte-Barbe, comme de nombreux élus locaux, j’ai pris part à la traditionnelle cérémonie en hommage aux soldats du feu, ces sapeurs-pompiers professionnels et volontaires, qui sont un rouage essentiel de notre sécurité civile.
Dix ans après la la mise en oeuvre effective des Services Départementaux d’Incendies et de Secours, la Cour des Comptes, a récemment dresser un sévère état des lieux de cette départementalisation. A l’exception de Paris et de Marseille, où les pompiers sont des militaires, l’Etat, relayé par les Préfets, partage avec les Conseils Généraux cette compétences des secours. Toutefois, sur l’ensemble du territoire, ce sont donc les établissements publics départementaux qui gèrent les SDIS.
Lire la suite