Elections municipales : vers un nouveau record d’abstention !

A deux semaines du premier tour des élections municipales, le vainqueur semble déjà tout désigné : l’abstentionniste. Ce scrutin de proximité, dont la dimension partisane concerne principalement les communes de plus de 20 000 habitants, va malheureusement confirmer la crise de confiance du politique.

Depuis 1977, l’érosion de la participation s’amplifie à chaque consultation électorale. Le scrutin 2014 ne devrait pas inverser ce critère de désenchantement civique.

Taux Abstention Elections Municipales

A mon sens, le niveau de la participation devrait constituer le premier facteur de lecture politique du scrutin. Or, le contexte politique actuel laisse présager une accélération de la défiance.  Trois types d’abstentions pourraient ainsi se dégager :

  • L’abstention sanction, des électeurs de Gauche, déçu des dix-huit premiers mois de la présidence Hollande,
  • L’abstention démobilisation, des électeurs de Droite et du Centre, endommagés par la multiplication des « affaires » (Copé, Buisson, Sarkozy)
  • L’abstention exclusion, des électeurs du Front National, puisque l’électorat frontiste (jeunes, ouvriers, demandeurs d’emplois) est sociologiquement le plus éloigné du scrutin municipal

Nous nous acheminons donc probablement vers un nouveau record d’abstention, pour ce scrutin municipal 2014. Ce déclin civique pourrait selon toute vraisemblance annoncer une catastrophe de plus grande ampleur, le 25 mai prochain, lors des élections européennes.

Afin que le débat démocratique s’appuie sur une incontestable légitimité, le niveau de la participation doit toujours constituer la première priorité pour les candidats comme pour les élus sortants. Il n’est pas inutile de rappeler en permanence que le vote est un droit mais aussi un devoir civique.